SUD OUEST Lundi 31/01/2011  

Le plan de prévention des risques naturels était à l'étude depuis plusieurs années. C'est évidemment Xynthia qui en a souligné toute l'urgence aux yeux de l'État. Du coup, même si son élaboration est toujours en cours, le zonage et le règlement sont appliqués aujourd'hui par anticipation suite à l'arrêté préfectoral du 28 octobre 2010.  

A Rochefort, la nouvelle fait grincer bien des dents et les réunions publiques, comme celle de mardi dernier, ne sont pas des fleuves tranquilles. Dès la première présentation en septembre, des habitants - de Chante-Alouette et la Beaune, en particulier - envoyaient une pétition au préfet. 

Maisons invendables

Pour eux, tout est trop précipité et arbitraire. « On nous englobe dans une zone de submersion alors que nos maisons n'ont pas toutes été inondé avec Xynthia. » Ils se demandent comment l'État peut être aussi sûr qu'au-delà des 4,40 mètres arrêtés comme cote, la submersion n'est plus possible. Ils ne savent pas non plus qui devra payer les protections des maisons. Enfin, ils voudraient surtout que l'État puisse racheter les habitations qui auront perdu toute valeur si elles sont déclarées submersibles, sur le principe des zones noires de Xynthia.

En mairie, on a beau dire qu'il faut protéger la population, le message a du mal à passer. « Le PPRN reprend, grosso modo, ce qui figurait au plan local d'urbanisme voté en 2007, après consultation des habitants. Ils ont l'air de découvrir la submersion, on la connaît depuis dix ans ! », précise Christian Guérin, adjoint à l'urbanisme.

Et Pierre Feydeau, adjoint aux quartiers, poursuit : « Nous avons la pression de l'État, nous aussi. Il n'est pas question de revoir le zonage, ni les hauteurs d'eau. Mais il faut encore faire des études pour savoir quelles protections adopter. Qui paie ces études ? Nul ne le sait. De même, l'État s'engage à aider à l'investissement des protections, mais l'entretien après, qui l'assume ? »

« On ne va pas tout raser ! »

 

Pour la Ville, cette affaire est un vrai enjeu d'avenir. « 500 maisons sont en zone de submersion et la moitié du territoire communal. On ne va pourtant pas raser des quartiers entiers ! La question est de savoir comment les protéger pour qu'ils restent habités. Nous n'abandonnerons pas les habitants », promet Pierre Feydeau. Aujourd'hui, Rochefort paie le choix de Louis XIV et, à l'avenir, les règles d'urbanisme seront de plus en plus draconiennes, d'autant que l'État préconise déjà de construire en retrait.

Avec le réchauffement climatique, les scientifiques prévoient qu'en 2100, le niveau de la mer aura monté de 40 centimètres à un mètre de plus qu'aujourd'hui. Rochefort pourrait-elle être alors totalement engloutie ?

Tout sur le PPRN en consultant le site Internet de la ville de Rochefort.

 

Vous pouvez aussi cliquer directement  ICI

puis cliquer sur règlement ligne 5.


Marge



Retour à l'accueil