Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-10-27T10:07:00+02:00

PPRL : PLAN DE PREVENTION DES RISQUES LITTORAUX

Publié par Marge

 

DOCUMENT DU 23 SEPTEMBRE 2010 EMANANT DU SITE DE LA PREFECTURE DE LA CHARENTE MARITIME  

 

Protéger les personnes

 

état d'avancement des Plans de prévention des risques littoraux (PPRL) et démarche de prévention au regard des submersions

observées lors de la tempête Xynthia avant approbation des PPRL

 

  Depuis 1996, des études relatives aux Plans de Prévention des  Risques Littoraux : PPRL, ont été lancées en Charente-Maritime.

  Les îles de Ré et d'Oléron sont couvertes par des PPRL approuvés respectivement depuis 2002 et 2004 de même que la presqu'île d'Arvert (2003). Le bilan sur la submersion causée par Xynthia permettra d'évaluer dans quelles mesures ces procédures doivent être révisées.

  Deux études PPRL sont en cours d'étude actuellement :

-          Le PPRL estuaire Charente, marais d'Yves et île d'Aix prescrit en 2008 (14 communes) qui concerne de nombreuses communes qui ont été parmi les plus touchées (Yves, Port des Barques, Fouras, Aix...). Les projets réglementaires ont été établis et sont en cours de finalisation actuellement en concertation avec les communes. Ils devront être analysés au regard de l'événement qui vient de se produire pour en vérifier la cohérence.

  Une procédure d'application anticipée des documents réglementaires est en cours et sera mise en place fin septembre, pour 10 des 14 communes, et courant de l'automne, pour les 4 communes pour lesquels des ajustements réglementaires sont nécessaires suite à Xynthia.

  -          Les PPRL « embouchure et nord Gironde » (6 communes de Mescher à Vaux sur mer) a été prescrit en 2008. L’événement Xynthia a été plus modéré que les valeurs de référence retenues dans ce PPRL, l'estuaire ayant été plus épargné que le nord du département même si des submersions ont également été observées dans ces secteurs notamment au droit des ports. Ces PPRL seront terminés en 2011.

  De plus, un porter à connaissance spécifiquement orienté sur la submersion a été adressé, en juillet, à la CdA de La Rochelle à l'occasion du SCOT engagé par la collectivité .

  Enfin, compte tenu des conséquences importantes de la tempête sur ce secteur, il s'est avéré prioritaire de prescrire dès juillet 2010 un Plan de Prévention des Risques Littoraux sur le nord du département de Charron à Châtelaillon. L'étude de submersion que la CdA de La Rochelle s'apprête à lancer servira de base technique à ce PPRL.

  Par ailleurs, un bilan très précis (retour d’expérience), tel qu'il avait été établi pour la tempête de décembre 1999, de l'évaluation des niveaux d'eau obtenus sur les différentes communes touchées par Xynthia et des dégâts occasionnés est indispensable pour faire des analyses plus poussées du phénomène, ce bilan est en cours de finalisation.

  A réception de ce bilan, un courrier définissant des orientations précises quant à la délivrance des permis de construire ou autres autorisations du droit des sols (ADS) dans les zones submergées ou submersibles dans l'attente de PPR approuvés. Juste après la tempête Xynthia, le Préfet avait déjà alerté l'ensemble des communes touchées sur la nécessité d'une très grande prudence sur la délivrance de ces autorisations ADS. Les constructions nouvelles doivent notamment être interdites juste à l'arrière des ouvrages par principe de précaution.

  À ce jour, sur environ 80 communes littorales et/ou soumises à la submersion marine :

-            21 font l'objet d'un PPRL approuvés ;

-            20 font l'objet d'un PPRL en cours d'étude ;

-            16 communes du nord du département font l'objet d'un PPRL prescrit.

 

(PPRL plan de prévention des risques littoraux

PPRI plan de prévention des risques d'inondation)

 

__________________________________________________________________________

 L' ARTICLE QUI SUIT PROVIENT DU BLOG DE LA FAUTE SUR MER :

 Topographier le littoral pour améliorer la prévision des risques (cnrs.fr)

25 octobre 2010 | Auteur: admin

Réalisé dans le cadre du projet interrégional CLAREC, un survol du littoral de la Vendée à bord d’un avion bi-moteur de type Partenavia P68 embarquant un Lidar topographique a permis de dresser une carte topographique extrêmement fine d’une partie de la Faute-sur-mer, une des communes submergées lors de la tempête Xynthia en février dernier. D’une précision altimétrique sub-décimétrique associée à une densité de points de mesure inégalée dans ce secteur côtier, ces données permettent d’estimer les risques encourus par chaque habitation en cas d’inondation.Le réchauffement climatique en cours devrait se traduire notamment par des tempêtes plus intenses et une élévation du niveau de la mer, menaces auxquelles les zones côtières sont particulièrement exposées. Or les caractéristiques physiques de ces milieux sont encore mal connues, notamment leur topographie précise, des données indispensables si l’on veut faire des prévisions.Le projet interrégional CLAREC (Contrôle par laser aéroporté des risques environnementaux côtiers) a donc été mis en place en 2008 avec pour objectif d’améliorer la connaissance des risques environnementaux naturels encourus par les façades maritimes de la Manche et de la Mer du Nord dans le cadre du changement climatique, afin d’être à même de proposer des éléments d’aide à la décision pour minimiser l’impact de ces aléas climatiques.Afin de dresser cette cartographie des risques littoraux, CLAREC s’est doté d’un instrument de très haute technologie, unique en France dans le domaine de la recherche publique, un scanner laser aéroporté appelé Lidar topographique, qui permet de dresser une topographie très fine du relief, avec une précision altimétrique et une densité de points au sol très élevées, tout en couvrant de grandes superficies avec un rendement pouvant aller jusqu’à 30 km2 à l’heure ce qui est d’un grand intérêt pour le suivi, par exemple, de l’évolution des plages.

 

L'avion bi-moteur de type Partenavia P68, vecteur d'acquisition des mesures lidar du projet CLAREC....
L’avion bi-moteur de type Partenavia P68, vecteur d’acquisition des mesures lidar du projet CLAREC. © Jean-Claude Brun-Cottan et Patrice BretelAu mois de juin dernier, à la demande et avec le soutien financier de l’INSU-CNRS, partenaire du GIS Clarec, un survol du littoral de la Vendée, en particulier de la commune de la Faute-sur-mer submergée lors de la tempête Xynthia en février, a été réalisé avec le Lidar topographique par l’équipe opérationnelle du projet Clarec afin d’en dresser une topographie aussi fine que possible.

Cette mission a été un succès. Pour la première fois sur de telles surfaces et dans ce secteur littoral, une précision altimétrique de l’ordre de 10 cm au sol et une densité brute d’acquisition des points laser de 9 points/m² ont été atteintes. Sur la carte ainsi obtenue, toutes les habitations, digues et arbres ainsi que de multiples petits détails sont parfaitement visibles.
Avec une telle topographie, il est possible moyennant des travaux de modélisation hydrodynamique de préciser l’extension d’une submersion, de désigner les maisons inondées, d’estimer les hauteurs d’eau dans chacune d’elle et donc d’évaluer la dangerosité de la zone littorale étudiée. Le zonage des dangers extrêmes sur les côtes de Vendée faisant encore débat, ces nouvelles données pourraient être particulièrement utiles pour améliorer de manière objective la connaissance des risques.

BLOG de la FAUTE sur Mer ICI

 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog