Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-04-09T06:04:00+02:00

CHARRON EN ZONE NOIRE DOIT DEMANDER DES COMPTES A L'ETAT

Publié par Marge

                      L'ETAT VIENT DE REGLER LEURS COMPTES AUX CHARRONNAIS SINISTRES

               L'ETAT NE LEUR RENDRA PAS DE COMPTE SUR LA SOMME DE SES PROPRES ERREURS

 

Les Charronnais sinistrés ont été condamnés. La première peine leur a été infligée dans la nuit du 28 Février par la tempête et la seconde par les décisions de la politique du bulldozer. On va détruire un grand nombre d'habitations plus ou moins sinistrées de Charron comme autant de preuves évidentes à faire disparaître rappelant les manquements et l'imprévoyance administrative.

 

L'administration, vous savez ce « machin anonyme » qui nous gouverne et où se perdent souvent les dossiers encombrants, oui cette administration où l'on se renvoie la patate chaude en cas de pépins, et le Président lui-même prendraient-ils tous le problème

à l'envers ?

 

Pourquoi a-t-elle accordé des permis de construire sur des zones inconstructibles ?

 

Y-a-t-il une seule de ces têtes pensantes administratives qui se soit demandée si la mer serait montée aussi haut aussi fort et aussi violemment si l'administration avait décidé de faire de vraies digues bien solides suffisamment élevées, dotées de contre-digues et d'évacuations pour protéger les habitations ?

 

Y-a-il une seule de ces têtes pensantes administratives qui se soit rendue compte qu'en l'absence de vraies protections du littoral notre village courait un risque majeur d'inondation par la mer la nuit de la tempête ?

 

Y-a-t-il une seule de ces têtes pensantes administratives qui se soit risquée à faire évacuer notre village afin de préserver des vies ? Non absolument aucune.

 

Alors je pense que si nous avions su que nous n'étions plus sérieusement protégés des assauts de la mer, que si nous avions su que nous risquions d'être submergés voir noyés, et que si nous avions eu un avis d'évacuation alors beaucoup d'entre nous et surtout les familles avec enfants seraient parties se mettre à l'abri ailleurs et sans aucun doute des vies auraient été sauvées...

 

Mais nous avons été très médiatiquement invités à rester bouclés chez nous à partir de 22 heures à attendre sagement sans le savoir de se faire piéger par la mer sans espoir de fuite.

 

L'administration défaillante sur toutes ces questions majeures peut donc aujourd'hui se permettre après avoir été totalement imprévoyante et incompétente de faire disparaître les preuves de cette incompétence.

 

Comment est-ce alors possible d'accepter d'elle qu'elle applique cette politique du bulldozer?

 

Marge

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

sylvie 11/04/2010 10:49



de rien marge c'est normal.j'espère que les charronais vont bien comprendre que c'est une histoire d'argent regarde l'article que j'ai trouvé..... ca se passe de comentaire. Bon courage.


«Deux poids deux mesures»


 


Pour le maire de Charron, l'existence de ces zones oranges montre qu'il y a clairement «deux poids deux mesures» dans le
traitement des communes. L'élu va plus loin et se demande s'il y a «une zone noire aux Portes en Ré». Commune la plus huppée de l'île de Ré, Les Portes ne subira en effet aucune destruction,
contrairement à La Flotte, autre commune de l'île. Léon Gendre, maire de La Flotte, «n'accuse personne» mais tient de tout de même à citer au figaro.fr l'article L561-1 du Code de l'environnement : « L'Etat peut déclarer d'utilité publique l'expropriation (…) sous réserve que les moyens de
sauvegarde et de protection des populations s'avèrent plus coûteux que les indemnités d'expropriation». Décryptage : la protection des villas cossues du nord de l'île, par exemple avec la
construction d'une digue, serait plus rentable que celle d'habitations plus modestes d'autres communes. L'argument a-t-il pesé dans la balance, au moment de la délimitation des zones ?


Quoi qu'il en soit, «si on juge que les zones noires ne sont pas justifiées, évidemment nous entamerons une procédure avec nos
avocats», promet Thierry Demaegdt. Le président de l'association «Reconstruire Charron» s'apprête à envoyer une pétition d'un millier de noms à Nicolas Sarkozy : «Nous allons nous défendre bec et
ongles». En Vendée, une cinquantaine d'habitants de La Faute et de L'Aiguillon ont contacté un avocat spécialisé en droit public pour entamer une action collective. Dans d'autres communes, comme
à Aytré ou Yves, des associations d'habitants ont été formées ou sont sur le point de l'être. Autant de récalcitrants que le préfet a déjà prévenus : «La priorité est donnée à une démarche
amiable» mais en cas de désaccord, une «procédure contentieuse d'expropriation» sera mise en place.


 



sylvie 10/04/2010 13:26



oui marge il faut se révolter. que tous les charronais et ceux des communes sur le continent s'unissent pour contrer ces décisions prises par les grands, contre ces zones retenues en dépit du bon
sens parfois. Que ces messieurs nous expliquent pourquoi l'ile de ré est épargnée par ces décisions de démolition à grande échelle. pourquoi des maisons inondées ne sont pas en zone noire et
d'autres non touchées y sont. charron est un village de pecheur pas une machine a touristes on ne peut donc pas nous accuser d'être une machine à fric. je crains aussi que d'ici quelques années,
la mémoire des hommes étant courte quand cela les arrange, les promoteurs se jetteront sur ces parcelles rendues à la nature pour de nouveau construire.... en oubliant les digues et xynthia. on
ne doit pas se laisser faire c'est sur. courgae  à tous les charronnais, préparez vos banderoles et faites vous entendre ! serrons nous les coudes, l'union fait la force. Amitiés à tous



. marge 11/04/2010 10:12



je regrette que sur les deux cent personnes ici environ qui sont venues lire mon blog tu es la seule à avoir répondu. J'espérai éveiller une prise de conscience chez chacun de nous et un élan
mais je continuerai malgré tout à parler de Charron et de ce qui est injuste. Je pense la même chose que toi sur le fait que Charron est un village en majorité de gens de la mer et
demande-t-on aux pêcheurs d'aller habiter en pleine campagne aux montagnards d'habiter en ville non bien sûr Charron n'est pas touristique ça se saurait !


 merci sylvie


 



sylvie 09/04/2010 21:14



les têtes pensantes ont surtout pensé à leur porte monnaie ! et oui l'ile de ré dont certaines communes ont été aussi durement touchées que celles de charron dont je suis
originaire mais eux ne verront pas leur maison rasée car elle coute entre 2 et 5 millions d'euros alors que nous c'est plutot 200 a 400 000 euros. bien sur nos dirigeants n'avoueront pas que
c'est une histoire d'argent sinon ils se contredisent sur ce qu'ils ont annoncé mais ils certifient que les maisons que l'on ne rase pas c'est que l'état peut les protéger ... si on peut protéger
l'ile de ré entière alors on peut protéger toutes les communes du littoral sur le continent.... tous les sinistrés veulent bien en général accepter de partir s'il y a eu VRAIMENT de l'eau dans la
maison mais devant cette injustice flagrante entre les communes, beaucoup sont révolotés.. 


 



Marge 09/04/2010 22:26



Nous devons tous nous révolter sur la façon dont ont été prises les décisions sur Charron. Pas de critères précis retenus pour définir les zones, on ne comprend pas pourquoi des maisons très peu
touchées sont condamnées... Deux poids deux mesures Charron village de gens de la mer où l'on ne peut discuter l'étendue des zones noires  et l'ile de Ré repère de VIP au comptes en
banques bien garnis aux relations haut placées aux habitations gros budgets qui s'en tirent à merveille. L'injustice est flagrante insultante
insupportable.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog